Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CINESCOPE

News / Critiques de films / Flashbacks

La Critique, NORMANDIE NUE de Phillippe Le Guay

Publié le 19 Janvier 2018 par Cédric Pannier in CRITIQUES DE FILM

NORMANDIE NUE, sortie le 10 janvier 2018.

NORMANDIE NUE, sortie le 10 janvier 2018.

Bon ok, je suis Normand! Et un film qui se passe en Normandie, bah je vais le voir.. Et non, je ne suis pas chauvin, mais j'ai beaucoup aimé le film. Et surtout j'ai beaucoup ri!

Bien.

Bien.

Synopsis:

L'histoire commence sous le signe de la crise dans les campagnes où tout va mal : le cours de la viande s’effondre, le lait est vendu à perte et les éleveurs n’ont parfois d’autre recours que la corde accrochée à la poutre de la grange. Georges Balbuzard, le maire du Mêle sur Sarthe, n’est pas du genre à se laisser abattre et est bien décidé à sauver son village… Le hasard veut que Blake Newman, grand photographe conceptuel qui déshabille les foules, soit coincé dans un barrage sur la N12. Que se passerait-il s’il mettait en scène trois cents normands nus sur le Champ Chollet ?

François Cluzet alias BALBU dans NORMANDIE NUE.

 

François Cluzet serait-il amoureux de nos campagnes? C'est ce qu'on pourrait se demander au vu de ses derniers films. Effectivement, 3 de ses 5 derniers films ont pour environnement: la campagne. De MEDECIN DE CAMPAGNE, en passant par L'ECOLE BUISSONNIERE, on arrive finalement à la NORMANDIE NUE! Et tant mieux! bah oui je suis Normand! ah oui ok je l'ai déjà dit...

Non mais du coup, un film qui se passe dans ma région je ne pouvais pas le louper.

Ce qui transparait dans les derniers films avec François Cluzet, si on excepte la campagne, c'est le fait de films qui traitent de sujets sociaux: Que cela parle de la désertification médicale MEDECIN DE CAMPAGNE, du chômage avec A L'ORIGINE, le problème social est souvent au coeur des films dans lesquels il joue.

Ici, pour NORMANDIE NUE, François Cluzet indique dans une interview sur RTL, que son rôle n'est pas tant de dénoncer la situation difficile des agriculteurs face à la baisse du prix du lait ou encore de la viande, que de faire un film drôle, qui fasse rire et change les esprits dans ce contexte difficile.

Grégory Gadebois dans le rôle du boucher du village.

Grégory Gadebois dans le rôle du boucher du village.

Pour Philippe Le Guay, c'est également un attachement à la comédie sociale. J'avais effectivement été séduit par LES FEMMES DU 6EME ETAGE, qui parlait de la condition des femmes de ménages espagnoles à Paris dans les années 50-60.

Pour NORMANDIE NUE, on a l'impression d'un film des années 60-70, avec cet attachement à des personnages et à un milieu de petites conditions. J'aurais aisément vu le film avec Louis De Funès dans le rôle du maire du village joué par François Cluzet, ou bien encore Jean Carmet ou Bourvil dans le rôle d'Eugène (Philippe Rebbot) qui veut récupérer son champs à tout prix.

Les personnages sont touchants dans leur fragilité et leur simplicité (Mention spéciale pour Grégory Gadebois dans le rôle de Roger le boucher). Le film nous présente ces personnages de façon très humaine, et on rit de bon coeur dans les situations qui s'y prêtent. Ce qui n'était pas mon sentiment avec BIENVENUE CHEZ LES CH'TIS, qui même si le film était drôle par moment, on avait un peu le sentiment de rire aux dépens des Ch'tis. Ce n'est absolument le cas ici.

La Critique, NORMANDIE NUE de Phillippe Le Guay

Une des situations adroitement développée, est celle de l'arrivée du photographe américain joué par Toby jones. Le parallèle de l'américain sauveur de la Normandie en 1944 est donc inévitable. Et tout y passe, les bombardements américains sur les villages normands, ou encore l'invasion de produits américains. Tout cela est servi par un dialogue assez piquant (bon même si ce n'est clairement pas du Audiard).

Le parallèle est également fait avec le photographe américain qui utilise son smartphone, et le magasin photo du village qui est à vendre.

"Le numérique a tué l'argentique..."

Les scènes dans le magasin photo, montrent et valident ce dialogue. Le magasin photo se veut l'âme du village par les trésors de photos souvenirs des habitants, dont il regorge, et qui s'inscrivent dans le temps et la vie de chacun. Lorsque le photographe américain Newman, lui, utilise son smartphone de façon mécanique et efface la photo dès qu'elle ne lui plaît plus; le sous-entendu est clair, avec le numérique, la photographie est un souvenir fugace, du jetable. Avec l'argentique, la photographie c'est un souvenir tenace, c'est de l'Histoire. 

Cet écart est encore plus souligné, avec ce photographe qui a un geste mécanique avec son smartphone. Et à l'inverse, devant ces appareils photo d'un autre temps, celui de la pellicule, ce photographe est tout émerveillé comme un enfant dans un magasin de jouets ou de bonbons.

La Critique, NORMANDIE NUE de Phillippe Le Guay

Pour conclure, NORMANDIE NUE est un bon film, avec un François Cluzet toujours aussi bon. Le film se visionne sans regarder sa montre, et avec de bons rires. Un film à l'ancienne, attachant, où Fernandel, Gabin, De Funès ou Bourvil n'auraient pas dénoté.

A voir sans retenue.

La Critique, NORMANDIE NUE de Phillippe Le Guay
Commenter cet article